Retour à l'accueil
 
Antenne de Mahajanga > La vie de l’antenne

La journée du 31 janvier au Malagasy National Park d’ANKARAFANTSIKA

La journée du 31 janvier au Malagasy National Park d’ANKARAFANTSIKA

Les 2 cars sont au rendez-vous près de l’Hôtel de ville à 5h du matin. Quelques filleules sont ponctuelles comme Lucie, Fabiola, Oberline, Rasoa, Grand-mère Soamanjaka . Chacune avec leurs enfants. Les autres arrivent petit à petit. A 7h, il manque encore Francine, Tantely, Esther, Francine Gabrielle, Sylvana, Raly. Je leur téléphone pour savoir si elles viennent ou pas. La plupart ne viennent pas à cause du temps pluvieux. A 7h30, les 2 aînés d’Hortense arrivent. Nous partons : on va récupérer Hortense sur le chemin, à la station-service.

A peine sortis de la ville, sur la RN4 (vers Tananarive), la pluie cesse, le ciel est couvert mais avec quelques éclaircies, il fait frais. Temps idéal pour une promenade à pied, paysage verdoyant, les paysans travaillent les rizières avec leurs zébus. L’eau des rivières est abondante. Les enfants ont les yeux grands ouverts. Ils sont très sages.

Nous arrivons au Parc National d’Ankarafantsika à 10h. un petit crachin. Les enfants mettent les sacs à l’abri ; ils prennent leur goûter avec leurs mamans. De mon côté, je vais à l’accueil régler les droits d’entrée et de guidage et choisir le circuit. Nous optons pour le circuit BAOBAB : c’est le plus facile, durée 1h car nous avons des grands-mères et de jeunes enfants à porter sur le dos. Nous partons avec 3 guides. Nous traversons des rizières, un pont suspendu au-dessus d’une rivière et montons jusqu’au lieu où se trouvent deux baobabs géants. Là , on s’assied et on écoute attentivement les explications des guides : certains posent des questions , prennent des notes . D’autres prennent des photos. Des petits garçons s’intéressent à des petites bêtes dans les herbes… nous posons ensemble devant les baobabs. On repart voir les ruches d’abeilles dans les bois. Au retour , les lémuriens sortent , attirent notre attention avec leurs petits cris et jettent aux curieux. Les guides expliquent comment s’organisent ces peluches entre eux. Après, nous visitons l’endroit où on élève les tortues. Fascinés, émerveillés : voilà ce qu’on peut dire des filleules et de leurs enfants.

A 13 h, nous nous installons sous les chalets pour le repas. C’est payant : nous cotisons 500 Ar/personne. Puis , une bonne sieste pour les mamans, les filles jouent au saut d’élastique, les plus grandes se mettent à part pour chanter. Quelques garçons font de la pétanque avec les guides, d’autres écoutent de la musique dans le car avec le chauffeur, les plus petits reviennent voir les bébés tortues. Pendant ce temps, Manana et Oberline font des tas avec les gâteaux au yaourt et les bonbons. Moi, je règle les formalités à l’accueil et fais le tour pour les prendre en photo. 15h : distributions des friandises, même les chauffeurs ont leur part.

16h : départ pour Mahajanga. Au retour, le chauffeur reçoit un appel : il paraît qu’il pleut à verse sur la ville de Mahajanga. Alors que là où nous étions, le temps a été clément. A notre arrivée, la pluie a cessé. Chaque famille est rentrée sans problème, satisfaite de cette journée-relax. Les enfants ont promis d’écrire de raconter à leur marraine cette sortie ; çà a été un bon moment car cela a permis aux petits et grands de se rapprocher : les jeunes s’occupent des petits et des grands-mères pendant la promenade. Les mamans s’instruisent avec eux. Ils demandent tous une réédition. J’ai dit on verra bien à la fin de l’année scolaire, selon les résultats.

Suzanne RASOARIMALALA

site de Croque-errant
Site optimisé pour une résolution d'écran de 1024 x 768 et pour le navigateur Firefox
Réalisé par Franck  Suivre la vie du site SPIP Logo mootools Logo XHTML 1.0 du W3C Logo CSS 2.0 du W3C Logo RSS 2.0 Site francophone officiel de Firefox